Hérault : la distillation d’huile de Cade, un savoir-faire centenaire

La fabrique d’huile de cade, à Claret, est unique en Europe.
On y découvre la distillation du genévrier.

C’est une odeur si caractéristique qu’elle ne s’oublie pas.
Un mélange de bois brûlé et d’encens, à la fois agréable et amer, doux et âcre.
À Claret, cet effluve fait partie du paysage olfactif depuis 1930, date de la création de la distillerie des Cévennes qui produit de l’huile de cade.

La nouvelle boutique est ouverte depuis deux mois. C.S

Beaucoup de gens viennent nous voir pour retrouver l’odeur de leur enfance. Un jour, une dame est venue nous acheter des savons. Sa grand-mère venait de décéder et elle cherchait à retrouver ce parfum d’antan”, explique Valérie Mattheuws, qui tient une charmante petite boutique attenante à la distillerie où l’on trouve une panoplie de produits dérivés du cade : huile, huile essentielle, savons et objets en bois de genévrier.

La vraie huile de cade
Juste à côté, se trouve une drôle de fabrique en plein air. Un four noir de suie, des tuyaux en tous sens, des murs en pierre, rien n’a changé à la distillerie des Cévennes depuis sa création. Sauf le propriétaire. Après avoir travaillé dix ans aux côtés des Boissier, la famille fondatrice, Joël Descan reprend la fabrication de l’huile de cade vraie en 2009. “Je suis natif de Claret et j’ai toujours connu la distillerie. Quand le dernier maître distillateur des Boissier est arrivé à la retraite, il m’a demandé de reprendre l’activité.” Il s’agit de la dernière distillerie d’huile de cade vraie en Europe. “Vraie” parce que l’huile est authentique et pure.

Le genévrier est chauffé à haute température dans le four. C.S.

Le procédé de fabrication à partir de genévrier oxycèdre se transmet comme un héritage. Trois générations dans la famille Boissier et maintenant Joël, qui est le seul à en maîtriser les subtilités. “Il a fallu deux générations à cette famille de chimistes pour mettre au point le procédé”, raconte Valérie. Joël récupère le genévrier local par le biais des forestiers de la région et produit dix tonnes d’huile de cade par an. “C’est un métier très dur, c’est pour cela que les gens ont abandonné. Les jours de distillation, Joël se lève à 5 h du matin et rentre à 21 h. Il rentre couvert de suie, comme les mineurs autrefois”, rapporte Valérie.

Elle était tombée dans l’oubli. Cette précieuse huile issue de la fumée générée par la carbonisation du genévrier a pourtant bien des vertus (voir ci-contre). “L’effet désinfectant et cicatrisant de l’huile de cade était très connu dans les années 1950.” Aujourd’hui, ce sont les peaux à problèmes qui se passent le mot. De retour de vacances, Henri Costes a fait un petit détour par Claret pour se réapprovisionner en savon et huile de cade. Il assure avoir guéri son psoriasis grâce au cade.

Bébé cadum
La demande est à la hausse. Il faut dire que Valérie et Joël ont entrepris de moderniser le tout. Certes la distillerie est celle d’autrefois mais, aujourd’hui, elle a pignon sur rue avec cette petite boutique aménagée avec goût par Valérie dans un esprit bio-écolo, un site internet de vente en ligne et un packaging de qualité.
Elle accueille clients et curieux toute l’année et Joël se fait alors un plaisir d’expliquer le fonctionnement de ses deux alambics pour produire l’huile et l’huile essentielle. “Avant, il n’y avait qu’un atelier, même pas de boutique. Les anciens propriétaires étaient des chimistes, pas des commerçants”, s’est toujours étonnée Valérie.

Un pied dans l’histoire, l’autre dans le présent avec un produit qui répond à l’engouement du public pour du naturel, la visite de la distillerie des Cévennes vaut assurément le détour. On y découvre même l’origine du savon Bébé cadum. L’histoire d’un américain atteint de psoriasis qui aurait un jour testé l’huile de cade.

Les vertus
L’huile de cade est un remède ancien connu depuis l’Antiquité. Dans la région de Claret, il y avait de nombreux fours à cade avant et pendant la Première Guerre mondiale. En temps de conflit, le cade avait été officiellement reconnu comme un produit antiseptique et cicatrisant.

L’utilisation de son huile s’est pourtant quasiment perdue. À l’exception de laboratoires pharmaceutiques qui ont continué de l’utiliser dans la composition de leurs produits dermatologiques et d’éleveurs en médecine vétérinaire pour ses propriétés antiseptiques et fongicides.

Elle revient au goût du jour aujourd’hui, grâce au bouche-à-oreille. En soins de beauté, l’huile de cade a des vertus antiseptiques, désinfectantes et cicatrisantes pour la peau et les cheveux. On la recommande notamment pour le traitement d’affections dermatologiques comme l’eczéma, le psoriasis, l’herpès ou les dermites séborrhéiques.

Cette huile, conditionnée en shampoing,  permettrait aussi d’éliminer les pellicules et d’agir comme répulsif contre les poux. Quant à l’huile essentielle de cade, elle aurait une action anti-acnéique et anti-inflammatoire. Dans la maison, le cade peut également se révéler un partenaire appréciable contre les mites (alimentaires ou vestimentaires), les mouches, les puces ou tout simplement pour assainir l’atmosphère.

Joël Descan, gérant, est né à Claret. C.S

Midi Libre du 27 août 2017
CLAIRE SAUVAIRE

Contact:
913, Avenue des Embruscalles – 34270 Claret
04 67 59 02 50
distilleriedescevennes@gmail.com
www.distilleriedescevennes.com

 

2 réponses

  1. La distillerie se trouve à Claret
    Contact:
    913, Avenue des Embruscalles – 34270 Claret
    04 67 59 02 50
    distilleriedescevennes@gmail.com
    http://www.distilleriedescevennes.com

    Cordialement

  2. Lemétais dit :

    Été vous ouvert en juillet on aimerais venir visiter la distillerie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

elit. adipiscing dapibus mattis consectetur ipsum lectus ut ut mattis