Vallée d’Hérault – Deux plaintes contre un élu de Saint-Guilhem

La communauté de communes veut protéger son directeur de l’office intercommunal de tourisme qu’elle estime diffamé. 

La communauté de communes Vallée d’Hérault organisait jeudi 8 décembre une conférence de presse pour prendre la défense de son directeur de l’office de tourisme intercommunal de la Vallée de l’Hérault. «Depuis 3 ans, Benoît Piquart fait l’objet d’attaques injurieuses et calomnieuses », estime Louis Villaret, président de la communauté de communes. Des propos que le président attribue à Hubert, Borg, 2e adjoint de Saint-Guilhem-le-Désert. Des faits pour lesquels deux plaintes avec constitution de partie civile ont été déposées en août et septembre 2015 pour «diffamation envers un fonctionnaire ou citoyen chargé d’un service public par moyen de communication au public par voie électronique». Un juge d’instruction a été désigné au printemps 2016 et l’enquête est en cours.

Sous antidépresseurs depuis deux mois
Si aujourd’hui la collectivité a décidé de communiquer sur ces faits, c’est qu’elle estime avoir le devoir de protéger son fonctionnaire. Tout en rappelant son respect pour le travail de la justice. Malgré la procédure, Louis Villaret affirme que «les dernières attaques ont franchi un nouveau cap dans la diffamation et la violence verbale», évoquant «des propos infamants mettant en cause, sans aucun fondement, les qualités et la, probité professionnelle du directeur de l’office de tourisme, allégations mensongères systématiquement accompagnées de commentaires offensants le visant clairement en tant que personne et non s’adressant à sa fonction». Une situation de «harcèlement» avec «des conséquences y compris sur la santé» du directeur «sous antidépresseurs depuis 2 mois ». « Il fallait réaffirmer un certain nombre de valeurs aux quelles nous sommes attachées», a expliqué Louis Villaret qui a précisé qu’il avait «des inquiétudes pour son personnel». «On ne peut pas accepter des propos outranciers. »
Les élus de la communauté ont réaffirmé leur soutien au directeur et salué la qualité de son travail au sein de l’office, apportant de nombreuses lettres de professionnels et d’élus.

THIERRY DUBOURG
tdubourg@midilibre.com 

 

OTI-12-2016

Lors de la conférence de presse, les vice-présidents ont fait bloc derrière Louis Villaret 

«C’est un dossier d’ordre privé»
«C’est un dossier d’ordre privé que l’on veut déplacer sur le terrain politique», se défend Hubert Borg. «Tous mes courriers sont signés Hubert Borg, chef d’entreprise, et en aucun cas en tant qu’adjoint au maire de Saint-Guilhem-le-Désert», affirme-t-il.
Contacter par téléphone, Hubert Borg précise qu’il a lui aussi déposé cet été auprès du procureur de la République une plainte «pour harcèlement» et qu’il a «saisi le ministère de l’Intérieur».
Propriétaire d’une société de canoë à Saint-Guilhem-le-Désert, Hubert Borg affirme que «tout a été mis en oeuvre pour démolir et liquider mon activité». Au passage, le professionnel rappelle aussi qu’il a toujours refusé d’adhérer à l’office de tourisme intercommunal. Et se dit «harcelé bien avant d’avoir été élu parce que je n’ai jamais voulu faire allégeance à M. Villaret. » C’est sur ce terrain que le professionnel situe le différend. Même s’il parle également du contentieux entre la commune de Saint-Guilhem-le-Désert et la communauté de commune Vallée d’Hérault présidée par Louis Villaret. Il y voit une façon «de faire pression sur le dossier Grand Site, compte tenu de mon statut de maire adjoint» de Saint-Guilhem-le-Désert.
Le litige entre les deux collectivités n’est pas nouveau, la commune de Saint-Guilhem-le-Désert ayant fait connaître son hostilité au renouvellement du label Grand Site de France si elle n’avait pas une place prépondérante au comité de pilotage et si ses demandes n’étaient pas prises en compte par la communauté de communes Vallée d’Hérault. Quoi qu’il en soit, jeudi les vice-présidents et des élus de la communauté de communes faisaient bloc derrière Louis Villaret lors de la conférence de presse en présence du directeur de l’office de tourisme. Demandant qu’il ne soit plus pris à partie.
Un éclairage public sur ce dossier qui risque de faire date dans les relations entre les représentants de Saint-Guilhem-le-Désert et la communauté de communes. 

 

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

id, commodo ut ipsum ut Praesent non quis, ante.