Première soirée des Nuits Couleurs

Montpeyroux : énergie débordante pour la première soirée des Nuits Couleurs

C ‘est dimanche 28 juin que les Nuits Couleurs ont offert leur première soirée à Montpeyroux, devant un public surpris et enchanté.

Il suffisait de fermer les yeux… et se laisser envahir…
Rythmes syncopés, parfois frénétiques, chaos de sons et trompe de chasse quasi effrayante.
Peu à peu la sensation devient lancinante, comme une porte d’entrée vers une transe qui oblige à danser,
donne envie de se fondre dans ce chaos de sons dominés par la voix de King Ayisoba, allant du stridant au nasillard voire au brutal.

Et ça marche, ça emporte. L’énergie débordante, incroyable, brute, du groupe ghanéen de King Ayisoba était bien à sa place touchant aussi bien les grands que les enfants, pour une ouverture en grande pompe de cette première soirée des Nuits Couleurs, ce dimanche 28 juin à Montpeyroux.

1182688_563_public-partieprenante_800x400pUn public vibrant sous les rythmes. Frédéric Vassal

Vers 19h un public déjà nombreux faisait le tour des différends stands de producteurs locaux (vins, huiles…) et prenait ses marques, achetait les maintenant célèbres jetons permettant de se restaurer ou s’installait  sur la prairie entourant la scène à côté de la salle du couvent.
Le soleil n’était pas couché que vers 20h le groupe Makou Seck a ouvert le bal, pour un style joyeux, dynamique, afro fusion mélangeant musique trad du Sénégal et Mali, avec rock ou reggae, joué comme un bande de copains ravis d’être là, généreusement.

makou-seck-a-ouvert-la-danse_1496513_667x333Makou Seck a ouvert la danse.Frédéric Vassal

Qui avait faim se restaurait pendant ce temps, bien que le Mafé ait souffert d’un retard de cuisson.
Les spectateurs présents, empreints d’une patience toute africaine et de la sincérité qui va avec,
soulignaient que les prix étaient peut être quelque peu surévalués, sans se laisser départir de leur bonne humeur.

king-ayisoba-en-solo-pour-debuter-le-concert_1496516_667x333King Ayisoba en solo pour débuter le concert. Frédéric Vassal

L’arrivée de King Ayisoba fut alors comme un choc, déstabilisant ou au contraire forcément enracinant vers des valeurs simples et familières, tribales.
Sous une voûte amie, la température clémente n’ a pu que retrouver de hautes valeurs tout le long de la prestation étonnante d’un groupe qui ne demande qu’à monter: King Ayisoba, avec son kologo (guitare traditionnelle), musicien-sorcier, a  fasciné les plus de 1000 spectateurs.

l-energie-incroyable-du-groupe-king-ayisoba_1496508_667x333L’énergie incroyable du groupe King Ayisoba. Frédéric Vassal

Du beau et du grand pour cette première dont la tête d’affiche fut un vrai événement, à écouter fort!

S’abonner
Notification pour

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x