Natura 2000

Les chasseurs de Montpeyroux-Arboras-Lagamas
engagés dans Natura 2000

Le syndicat de chasse Montpeyroux-Arboras-Lagamas
a signé la Charte Natura 2000 concernant le site des gorges de l’Hérault le 6 juin dernier.

la-vallee-de-l-herault_1479262_667x333La vallée de l’Hérault

Qu’est ce que Natura 2000 ? Il s’agit d’un réseau d’espaces naturels situés dans les territoires de l’Union européenne.
Dans ces espaces se trouvent des habitats naturels et des espèces animales et végétales à protéger ou mettre en valeur.
Pour cela on signe un contrat libre et volontaire afin de mettre en place un ensemble d’engagements sur la conservation ou la restauration des habitats naturels et des espèces en bonne entente avec les activités humaines.

aigle-de-bonnelli_1479266_667x333Aigle de Bonnelli

Parmi d’autres sites, la communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup est opératrice depuis 2005 d’une charte Natura 2000 concernant aujourd’hui 4 sites et 60 000 ha dont le site des gorges de l’Hérault.
De nombreux acteurs du territoire se sont petit à petit engagés comme des associations de randonnée ou d’escalade, de spéléologie ou de vol libre.

Il manquait encore les syndicats de chasseurs et, c’est au cours du  salon Chasse, pêche et nature à Saint-Gély-du-Fesc le 6 juin dernier, qu’avec 10 autres sociétés de chasse, Michel Raynal, président du syndicat de chasse Montpeyroux-Arboras-Lagamas a signé la charte Natura 2000 engageant par la même les chasseurs à préserver et gérer les espaces ruraux et le patrimoine naturel selon une contractualisation précise concernant le site des gorges de l’Hérault qui s’étend en gros autour du fleuve Hérault de Gignac à Moulès-et-Baucels.

Parmi les objectifs il s’agit de préserver et gérer les milieux aquatiques en relation avec les acteurs et conformément aux réglementations existantes, de maintenir et restaurer les habitats forestiers d’intérêt communautaire, en particulier la forêt de pin de Salzmann et les habitats naturels forestiers reconnus comme habitats d’espèces, de maintenir et restaurer les habitats naturels  ouverts en favorisant le pastoralisme entre autres, de conserver et restaurer les autres espèces à enjeu élevé en particulier les chiroptères (chauve-souris) et leurs habitats.

Pour cela il est convenu non seulement d’informer et de sensibiliser tous les acteurs mais de mettre en place des actions de suivi et de protection d’espèces particulières auxquelles participent les signataires.
Pour continuer à vivre avec la nature et les espèces remarquables de cet habitat exceptionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

porta. sit eget odio massa felis elementum sed Aenean ut